Que vous soyez un pilote débutant ou confirmé, doté d'un budget d'étudiant ou de celui du DoD américain, vous trouverez probablement votre bonheur dans ce guide. Vous y trouverez dans l'ordre les critères de choix les plus importants, l'offre des marchés du neuf et de l'occasion, quelques avis de propriétaires satisfaits (ou pas), et même une rubrique nécrologique pour les nostalgiques.



Dureté du manche

En un siècle, l'aviation a fait d'énormes progrès : la maniabilité d'un Rafale n'a plus rien à voir avec celle d'un coucou de la 1ère guerre mondiale. Entre autres améliorations, le pilote de chasse du 21ème siècle ne lutte plus avec ses commandes, car celles-ci sont électriques. Son manche à balai est soit mou, soit statique comme à bord du F-16. Ce sont les capteurs, pistons et autres servomoteurs qui se tapent le sale boulot. Auparavant, les surfaces de contrôle de vol étaient mécaniquement reliées au manche à balai, qui opposait donc une forte résistance aux bras du pilote. Disons-le tout net : le pilote avait un bâton tout dur.

Les modèles de joysticks vendus sur le marché offrent chacun une dureté différente. Certains, très durs, sont prédestinés au pilotage de vieux coucous. D'autres, très mous, sont conçus pour faciliter le pilotage des jets contemporains. D'autres enfin se veulent universels en offrant une résistance intermédiaire, ou paramétrable.

Il existe aussi des moyens pour dompter des commandes un peu dures. Vous pouvez acheter ou fabriquer une fixation pour joystick à placer entre les jambes, à hauteur des cuisses. Dans cette position, vos bras exerceront une force plus importante sur le manche, ce qui améliore nettement sa maniabilité. Et si vous n'avez pas peur de mettre les mains dans le cambouis, il est également possible de changer les ressorts d'un joystick. De nombreux tutoriels existent sur Youtube, notamment pour modder le Thrustmaster Warthog.


t16000m-hotas.jpgHOTAS or not HOTAS

Les commandes HOTAS (Hands On Throttle-And-Stick) ont vu le jour au début des années 50. Leur principe est de permettre à un pilote de gérer un maximum de choses sans déplacer ses mains, et donc sans quitter le ciel des yeux.

On dit d'un joystick qu'il est HOTAS lorsque sa commande des gaz (throttle) en est désolidarisée. Cette poignée est généralement garnie de contrôles supplémentaires, utiles pour gérer les trains d'atterrissage, les aérofreins, les freins de roue, la gestion du mélange…

On trouve désormais des joysticks HOTAS dès l'entrée de gamme. Ils prennent plus de place qu'un joystick simple, mais c'est bien là leur seul défaut. La poignée des gaz séparée facilite la maîtrise de la vitesse de son appareil, car ses mouvements sont plus amples que les potards ridicules proposés sur les sticks seuls. C'est un détail important quand il s'agit de voler en formation, ou encore de ravitailler en vol.

Notez qu'il existe des poignées des gaz vendues seules, mais c'est très peu courant. Sachez enfin que les ensembles HOTAS obligent le joueur à saisir le throttle de la main gauche, et le stick de la main droite, comme dans les vrais avions. Toutefois, les gauchers ne soient pas gênés pour autant. La preuve : de nombreux pilotes de chasse sont gauchers !


chproducts-palonnier.jpgPalonnier au manche ou aux pieds

Le palonnier commande le lacet, tel le ferait le gouvernail d'un bateau. Il fait dériver l'appareil vers la droite ou la gauche sans nécessiter d'incliner l'appareil sur le côté. Indispensable pour un hélicoptère, un peu moins pour un avion, le palonnier prend la forme d'un pédalier placé sous les pieds du pilote. On avance le talon gauche, et l'avion part vers la gauche. Le palonnier aux pieds contrôle bien souvent aussi les freins de roue de l'appareil : on les actionne du bout du pied (un pied = un axe = une roue freinée).

Tous les joysticks devraient être accompagnés d'un palonnier aux pieds, “comme les vrais”. Mais cet accessoire, en plus de faire péter le budget, demande un peu de place sous le bureau. Les constructeurs ont donc trouvé l'astuce : ils ont intégré sur certains modèles la gestion du lacet au joystick en lui ajoutant un axe de pivot. On appelle ça le palonnier intégré.

En résumé :

  • palo intégré = manche du stick qui pivote gauche-droite (gain de place)
  • palo aux pieds = palonnier séparé (réalisme accru)

Peu de joysticks sont livrés avec un palonnier aux pieds. Le dernier en date était le Logitech G940, mais il ne se trouve plus que sur le marché de l'occasion. En fait, la plupart des modèles actuels proposent un palonnier intégré, à l'exception notable du Thrustmaster Warthog qui en est totalement dépourvu et nécessite donc d'acheter un palonnier en sus.


Le retour de force (ou force feedback)

Certains joysticks dits “à retour de force” renforcent l'immersion en implémentant un moteur qui reproduit à la fois les vibrations d'un appareil (décrochage, démarrage moteur, impact d'un obus sur la carlingue…), mais aussi la résistance du manche lorsque l'appareil est soumis aux G. La puissance du moteur est généralement réglable, soit en jeu, soit dans l'application du constructeur. Sur certains appareils, le retour de force permet aussi de restituer le comportement du trimmer. Ainsi, à bord du Ka-50 de DCS, lorsque le trim mémorise la position du stick de l'appareil, le manche du joystick conserve cette même position.

Le retour de force a tout de même un petit inconvénient : la position neutre du joystick n'est pas “tenue” par le moteur, elle est “lâche” sur une toute petite surface. C'est en tout cas le défaut du Logitech G940. D'ailleurs, lorsque l'on désactive complètement le retour de force, le stick “tombe” puisqu'il n'est pas équipé de ressorts de centrage.

A l'heure actuelle, plus aucun constructeur ne vend de joystick à retour de force. Il faut dire qu'Immersion Corp., une entreprise revendiquant de nombreux brevets sur la technologies haptique, attaque régulièrement ses consœurs en justice lorsqu'elles ajoutent à leur catalogue un appareil qui vibre sans s'être acquittées de la dîme (joysticks Microsoft, gamepads PlayStation, téléphones Motorola et HTC, montres Fitbit, la panoplie Apple… tout y passe). De quoi faire passer l'envie de vibrer aux constructeurs de joysticks ? L'histoire nous le dira, mais il semblerait qu'Immersion perde du terrain : leurs plus vieux brevets vont bientôt expirer !


Contrôleurs dédiés au vol civil

Les fans de Flight Simulator X et XPlane peuvent envisager d'acheter un système “yoke” s'ils ne font que du vol civil. Ce type de périphérique est exclus du comparatif qui suit, mais voici deux références de yoke :

  • Saitek Pro Flight Yoke System (160€)
  • CH Products Eclipse Yoke (220€)




Après la sortie catastrophique d'IL-2 Cliffs of Dover en 2011, le marché du périphérique de simu de vol n'est pas à la fête. Saitek est au point mort face au succès du Warthog tout métal de Thrustmaster sorti en 2010, et Logitech stoppe la production du G940 pour se concentrer sur les souris et claviers “gamer”. Plusieurs passionnés se mettent alors à construire leurs propres périphériques. Certains parviennent même à en standardiser la production et le succès leur sourit, en Europe (MFG Crosswind) comme dans les pays de l'est (VKB).

Cinq ans plus tard, c'est un nouveau big bang. Deux simulateurs spatiaux ravissent les joueurs (Elite Dangerous, Star Citizen), la licence IL-2 se refait une santé (BoS, BoM), et DCS étoffe son catalogue de nombreux modules développés par des éditeurs tiers (MiG-21bis, M-2000C…). Les constructeurs se réveillent enfin : Saitek propose le X-55, puis se fait racheter par Logitech qui améliore l'engin (X-56), Thrustmaster sort enfin son propre palonnier, et un nouveau compétiteur, VIRPIL, arrive sur le marché. Depuis, la guerre fait rage sur le segment du moyen/haut de gamme, et nous autres simeurs avons désormais l'embarras du choix.

La présente section propose une revue des produits disponibles.

Le marché du joystick européen

Le tableau suivant permet de comparer les fonctions offertes par les principaux articles qu'on trouve sur le marché. Les modèles y sont classés par prix dans l'ordre croissant (tarifs constatés en septembre 2017).

Prix Dureté du stick Axe de palonnier HOTAS
Thrustmaster T-Flight Stick X
LE stick facilement trouvable dans le commerce qui permet de se lancer dans de bonnes conditions à pas cher. Il est stable, et sa dureté est réglable. Notez que son grand frère, le Thrustmaster T-Flight Hotas X, coûte à peine 10 euros de plus. - benano
40 € Réglable -
t16000-m-tcs.jpgThrustmaster T.16000M FCS
Très bon pour son prix. Très fiable et agréable à utiliser grâce à ses capteurs à effet Hall. - Flappie
50 € Intermédiaire -
Microsoft SideWinder FFB2
Ce joystick a une excellente réputation méritée. Son atout est son retour de force de grande qualité, et sa grande solidité. Bien qu'il ait disparu des rayons depuis belle-lurette, on le trouve encore sur le marché de l'occasion. Attention toutefois : certains profitent de sa renommée et le proposent à plus d'une centaine d'euros…
<50 € Retour de force -
Thrustmaster T-Flight Hotas X
Variante HOTAS du T-Flight Stick X, c'est le HOTAS le moins cher du marché, mais il fait ce qu'on lui demande, et il le fait bien. On peut assembler le stick et la poignée des gaz pour qu'ils ne fassent plus qu'un, comme sur la photo.
50 € Réglable
Thrustmaster T.16000M FCS Hotas
Variante HOTAS du T-16000M, son prix est un peu exagéré. Préférez-lui l'HOTAS X, sauf si vous souhaitez impérativement disposer d'un capteur à effet Hall sous votre joystick.
130 € Intermédiaire
Saitek X52
Refonte du X45 qui avait démocratisé le HOTAS, son look très futuriste et son aspect “plastoc” ne plaisent pas à tout le monde, mais on peut toujours éteindre les loupiottes via le logiciel fourni. On peut aussi personnaliser la hauteur de la “garde” du manche, le blocage/déblocage du palo intégré, ou encore la résistance de la poignée des gaz. A noter : contrairement à la déclinaison X52 Pro, le X52 ne possède pas une base métal contre métal, mais plastique contre plastique, d'où le besoin de graisser cette partie assez régulièrement. - Ozburne
150 € Mou
Saitek X52 Pro
Ce n'est ni plus ni moins qu'un X52 V2.0 : un peu mieux foutu, plus précis, avec un look plus réaliste, et évidemment plus cher. Il est souvent dit que la différence de prix est trop importante en regard du peu d'améliorations apportées, mais il reste une référence pour un grand nombre de simeurs.
200 € Mou
Thrustmaster T.16000M FCS Flight pack
Thrustmaster propose enfin un pack HOTAS + palonnier. C'est actuellement le moins cher du marché, et il fonctionne au poil.
220 € Mou Palo aux pieds
Logitech G940
Il n'est pas moche, c'est un HOTAS équipé d'un palonnier aux pieds, mais surtout il est le seul de sa gamme à disposer du retour de force. Celui-ci est modulable. J'ai fini par le délaisser pour le Warthog, à cause du reversal bug qui gênait mes ravitos en vol. Logitech a stoppé sa commercialisation à la fin 2012, mais il apparaît parfois sur le marché de l'occasion. Pour moins de 200 euros, c'est une affaire. - Flappie
<200 € Retour de force Palo aux pieds
Saitek X56 Rhino
Vendu bien plus cher qu'un X52 Pro, il peine à conquérir les cœurs. Les avis sont très partagés à son sujet. Il a pour originalité un manche à ressort interchangeable (3 ressorts différents pour 3 duretés différentes).
270 € Réglable
Thrustmaster Warthog
Réplique tout-métal quasi conforme des commandes de l'A-10 Warthog, il s'agit clairement d'un produit de luxe destiné aux joueurs fortunés, et tout particulièrement aux propriétaires du module DCS:A-10C. Prévoir un budget large, car cet HOTAS est dépourvu de palonnier intégré. A noter qu'il convient tout à fait aux simus d'avions à hélices, puisque la dureté de son manche est assez prononcée. C'est le best-seller du moment. Attention, son prix peut baisser fortement en période de soldes : soyez aux aguets.
400 € Plutôt dur -

Le marché du joystick russophone

VKB et VIRPIL disposent de leur propre section car ils partagent plusieurs points communs :

  1. Leurs produits sont d'excellente facture,
  2. Tous leurs grips sont compatibles avec la base du Thrustmaster Warthog,
  3. Leurs tarifs sont très élevés,
  4. Leur gestion des stocks requiert beaucoup de patience.


VIRPIL

Les bases

  • La base Warbrd est à privilégier si vous posez votre stick sur le bureau,
  • La base MongoosT-50 est pensée pour être utilisée sur des supports bas.

Les 2 bases VIRPIL sont entièrement en métal et renferment un système de cames/roulements à bille. Les avantages de ce système sont un frottement quasi inexistant, la précision y compris au centre des axes, et la durée de vie des parties mécaniques. En outre, les cames et ressorts interchangeables permettent de moduler la force nécessaire au déplacement du stick ainsi que la force du retour au centre.

Pour autant, les bases ne conviendront pas à tout le monde. Leur hauteur peut être problématique si elles sont posées sur le bureau, plutôt que fixées sur des supports bas. Et le centre des axes peut sembler mou aux habitués du Thrustamster Warthog. Si vous avez l'habitude de lâchez le joy pour le ramenez au centre, il peut y avoir un effet de va et vient.

Les grips

Les grips VIRPIL sont en plastique de bonne qualité au toucher agréable, et ils n'ont aucun problème de flexion ou d'usure. Le système de fixation est en métal : aucun risque de casse. C'est un tube en alu qui est fixé profondément dans le manche. Les boutons ont une course courte avec un léger “bump” quand on les presse. Ils ne bougent pas dans leur emplacement.

  • VPC WarBRD : dédié aux avions à pistons
  • VPC Constellation : dédié aux space sims
  • VPS MongoosT-50 : basé sur le stick du Soukhoï Su-57
  • VPC V.F.X. : basé sur le stick du F-14

Les throttles

Les axes des throttles sont très précis et ne “collent” pas du tout. Par contre, ils ont une course plus courte que celle du Warthog.

Le logiciel

Le logiciel VIRPIL permet de mettre à jour le firmware, calibrer les axes et configurer les axes et boutons. La configuration est stocké dans la base et il n'y a pas besoin du logiciel pour utiliser le joy une fois la première config faite même si on change d'ordi. Il est assez austère et peut être déroutant au début. Mais une fois qu'on a compris, il est assez simple à utiliser et de toute façon on l'utilise rarement.

Les tarifs

Un manche coute entre 90 et 160€ hors taxes. La base Warbrd coute 170 € HT Donc si vous voulez le manche F-14 + la base ça fait 160+170€ (-10% quand on achète les deux ensembles) + 20% TVA(en France) + le transport ( pour la Suisse ça m'a fait dans les 40€) donc presque 400€ TTC


VPC

VKB ne vendant plus de bases seules depuis 2019, seuls les joysticks complets sont présentés ici.

Le stick d'entrée de gamme, le Gladiator Mk.II, est “doux” et précis, et donc très agréable à utiliser. Il reprend les formes d'un manche “KG-12” de Me-109, mais dispose d'un nombre correct de boutons, ainsi que d'un axe pouvant être employé pour contrôler les gaz.

La base Gunfighter, de qualité similaire aux bases VIRPIL, est proposée avec 3 grips différents (depuis 2019, VKB ne vend plus de bases seules) :

- section à compléter -

Le marché spécialisé voilures tournantes

Komodo Simulations, un constructeur britannique, propose des périphériques dédiés aux hélicos. Ce n'est vraiment pas donné, mais pour l'instant ce sont les collectifs et cycliques les moins chers du marchés. Toutefois, VIRPIL a déjà prévu de débarquer sur le segment pour démocratiser tout ça…


Le marché du palonnier

Prix Freins
Thrustmaster T.Flight Rudder Pedals
C'est le palo le moins cher du marché, et il l'assume. Compact, presque entièrement fait de plastique, non réglable, il est néanmoins précis et propose deux axes de freinage.
100 €
Saitek Pro Flight Rudder Pedals
Avant l'arrivée de son concurrent chez Thrustmaster, c'était probablement le palo le plus vendu. Il propose lui aussi deux axes de freinage, sa sensibilité est réglable, et l'écartement des jambes est satisfaisant. Hélas, son prix a bondi depuis le rachat de Saitek par Logitech. Pas sûr qu'il en vaille le surcoût. Mieux vaut le trouver au rabais en occasion.
140 €
VKB T-Rudder Pedals Mk.IV
Ce palonnier tout métal est atypique : on ne pousse pas ses pédales vers l'avant mais vers le bas, comme dans les hélicoptères. Cette différence lui confère un avantage : son encombrement réduit, et un inconvénient : il ne propose pas d'axes de freinage. Personnellement, ça ne me gêne absolument pas, et je l'ai adopté. Il est livré avec deux cames : l'une avec un centrage discret, et l'autre avec un centrage marqué. A noter que VKB distribue encore son grand frère, le Mk.III, pour 22 euros de moins. - Flappie
220 € fdpin -
MFG Crosswind
Né en 2011 pour les besoins personnels de son concepteur, un fabricant de meubles, il est devenu le standard du milieu de gamme des palonniers. Robuste, très bien conçu, il est entièrement réglable.
340 € fdpin
Thrustmaster Pendular Rudder
Thrustmaster a craqué son slip pour nous proposer un palonnier pendulaire de 7kg ! Tout métal, confortable, fluide et très précis, il est extrêmement plaisant à utiliser. Il est tout de même conseillé de le fixer au sol ou de le poser sur une surface antidérapante pour en profiter au maximum car il peut lui arriver de glisser lors de manoeuvres trop brusques (en dogfight, par exemple).
500 €
Slaw Device RX Viper
Probablement le meilleur palonnier non pendulaire pour simu de vol de combat. Hélas, son tarif est si prohibitif qu'on n'a pas encore pu recueillir l'avis des copains. En attendant, voici un article très élogieux sur Ars Technica (en anglais). A noter que Slaw est également l'auteur d'une réplique du palonnier du Bf-109 qui peut également prendre l'apparence du palonnier du F-16, et est vendu un poil moins cher que le RX Viper. La boutique est sur Facebook.
> 500 €


Cette section se veut plus être un clin d’œil aux connaisseurs qu'autre chose… tant ces équipements sont difficiles à trouver sur le marché de l'occasion !


Saitek Aviator PS40
Ses manettes de gaz séparées -que l'on peut attacher ensemble à la volée- présentent une friction suffisante pour assurer un contrôle précis. En outre, la base de ce stick est équipée de 4 switchs qui permettent de mapper jusqu'à 8 commandes (ex: train sortis/rentrés, volets sortis/rentrés, etc.). Son design est efficace, et sa fabrication est de bonne facture. - Genchou


Saitek X-65F
Un joli ensemble haut de gamme, très particulier puisque son manche est fixe (sauf sur l'axe Z, qui correspond au palonnier). Il mesure la pression qui lui est appliquée en X et en Y, comme le manche du vrai F-16. C'est très particulier, mais on s'y fait parait-il assez vite. Il est taillé pour piloter des avions récents (jets, avions civils). En revanche, il n'est pas conseillé pour les simulations de vieux avions.


Thrustmaster HOTAS Cougar
Cet ensemble est une copie quasi conforme du HOTAS du F-16. “Quasi” parce que le manche n'est pas fixe comme sur le Saitek X-65F. Tout de métal vêtu, le Cougar occupa autrefois le sommet du très haut de gamme. Bien qu'il ait été remplacé par le Warthog, il reste très (trop ?) recherché sur le marché de l'occasion, et sa rareté a fait gonfler son prix. Attention : comme son petit frère, le Warthog, il est dépourvu de palo. Prévoir donc un peu plus de brouzoufs dans le budget.