Version modernisée du Su-25, le Su-25T est apparu en 1984. Il inclut une avionique modernisée, et le trio optique Shkval/laser Prichal/missile Vikhr. Son développement ayant été interrompu suite à la chute de l'URSS, seule une dizaine d'appareils ont été produits.

La caméra Shkval du Su-25T permet à son pilote de repérer et d'engager des cibles à pluisieurs kilomètres de distance.

C'est actuellement l'unique appareil de DCS World doté de moyens SEAD (Suppression of Enemy Air Defenses). Il est donc capable de cibler les unités SAM qui utilisent la détection radar : Buk, Kub, Tunguska, Shilka et bien d'autres.

Le HUD du Su-25T affiche l'essentiel des informations utiles au pilote : vitesse et altitude de l'appareil, vitesse et altitude du waypoint courant, armement sélectionné, occupation des emports, portée efficace, compas…

La caméra fixée au nez de l'avion s'affiche sur le Shkval, en noir et blanc. Elle dispose d'un niveau de zoom bien pratique pour discerner les unités au sol.

Le détecteur de menaces (RWR) affiche la direction des échos radar amis ou ennemis. En cela, il facilite grandement les opérations de SEAD.

L'indicateur d'angle d'attaque (AoA) avertit le pilote de l'imminence d'un décrochage.

Le panneau d'Autopilote indique quelles assistances au pilotage sont actives.

Les panneaux des systèmes d'armement sont décrits plus bas dans cette page.

Le HSI permet de suivre la route enregistrée dans l'avion. Il s'agit d'une boussole “intelligente”. La direction courante de l'appareil, ou cap, est toujours en haut de la boussole (dans l'image ci-dessous, le cap est mis plein nord, 0°).

Le plus court chemin pour rejoindre le waypoint sélectionné est indiqué par la flèche jaune.

La double flèche blanche indique l'axe qui relie le précédent waypoint au waypoint sélectionné : il s'agit d'un vecteur, et non d'une direction.

Ainsi, un pilote qui suit bien son plan de vol voit toujours ses deux flèches -blanche et jaune- bien alignées, dans le même sens, et pointant vers le haut de la boussole. Dans l'exemple illustré ici, c'est loin d'être le cas !

Mille-Sabords propose au téléchargement un chouette PDF sur le fonctionnement du HSI.

Le décrochage est une perte de portance : la pression de l'air autour des ailes est trop faible pour supporter le poids de l'avion. Vous voliez, mais vous ne volez plus. Il y a bien de l'air autour de vous mais vous ne l'utilisez plus comme il faut. Il y a deux facteurs importants à prendre en compte pour éviter le décrochage :

  • Vitesse : une vitesse trop faible réduit la pression de l'air autour des ailes. Il faut donc maintenir une vitesse suffisante.
  • Angle d'attaque : votre engin file “pleine balle”, vous tournez et votre avion se met à trembler. Vous décrochez en plein virage. Que s'est-il passé ? Vous avez probablement dépassé l'angle d'attaque (AoA) toléré par votre aéronef. Le Frogfoot est équipé d'un indicateur d'AoA (à gauche, sur l'image). Si l'aiguille atteint la zone rouge, votre engin dépasse son AoA critique et est sur le point de décrocher. Dans ce cas, une seule chose à faire : déserrez votre virage ! Si vous tournez en conservant un oeil sur l'AoA, vous saurez négocier vos virages sans décrocher.

Plusieurs modes d'autopilote sont disponibles. Certains sont plus utiles que d'autres :

  • LAlt + 1 = Attitude : maintien de l'angle de tangage et roulis au moment de l'activation (un genre d'équivalent au trimmer du Ka-50)
  • LAlt + 2 = Altitude + roulis : maintien de l'altitude et de l'angle de roulis (parfait pour effectuer une orbite)
  • LAlt + 3 = Palier : stabilisation de l'assiette
  • LAlt + 4 = Altitude barométrique : maintien de l'altitude barométrique (par rapport au niveau de la mer, donc)
  • LAlt + 5 = Altitude radar : maintien de l'altitude radar (par rapport au sol, passe automatiquement par-dessus les collines)
  • LAlt + 6 = Route : Suivi des points de navigation/atterrissage/ciblage = se dirige vers le point de nav/suit le glide-slope/s'oriente vers la cible verrouillée
  • LAlt + 9 = désactivation des aides au pilotage

Les plus importants à retenir son donc LAlt + 3 (pour l'observation) et LAlt + 6 (pour se diriger automatiquement vers l'objectif, que ce soit une cible, une piste ou un waypoint).

Seules les spécificités au combat du Su-25T sont décrites dans cette section. Les systèmes d'armement communs aux Su-25 et Su-25T sont décrits sur la page du Su-25.

Le missile Vikhr

Le missile 9A4172 “Vikhr” mérite une section à lui tout seul, car sa conception est très originale. Pour commencer, il ne possède qu'un seul déflecteur, et ne peut donc que virer à gauche ou à droite. Comment arrive-t-il au but malgré ce handicap ? Il tourne sur lui-même, et corrige sa trajectoire en permanence, formant un genre de tourbillon, qui lui a donné son nom en russe.

Mais ce n'est pas tout : le Vikhr ne voit pas sa cible. Alors comment fait-il pour viser juste ? N'est-ce pas un missile guidé par laser ? Si, mais peut-être pas comme vous le pensez. Un guidage laser classique consiste à faire éclairer la cible par l'aéronef, et à équiper la tête du missile d'un oeil sensible aux infrarouges. Le missile “voit” alors le point dessiné sur la cible et fonce dessus.

Le guidage “laser beam rider” du Vikhr n'a rien à voir. Si l'aéronef pointe bien un laser vers la cible, le missile -lui- comporte 2 capteurs à infrarouges situés à l'arrière, et pointés en direction de l'aéronef qui a effectué la mise a feu (un Ka50 ou un Su-25T). Le missile capte le laser et s'arrange pour rester en plein milieu. Il atteindra sa cible sans jamais l'avoir “vue”.

Mais pourquoi faire aussi compliqué ? Pour plusieurs raisons :

  • Un missile équipé d'un seul déflecteur coûte moins cher,
  • Le laser projeté par l'avion n'a pas besoin de se refléter sur la cible, il est donc beaucoup moins puissant (encore une économie réalisée) et est indétectable par les moyens de contre-mesures développés avant l'arrivée du système “laser beam rider”,
  • Puisque le laser n'a pas pour but d'éclairer la cible, il est également impossible d'y appliquer une contre-mesure, telle que la peinture anti-reflet des chars utilisée habituellement pour “effacer” le halo du laser. Une contre-mesure valable consisterait à empêcher le Vikhr de regarder le laser projeté derrière lui. Il faudrait donc s'interposer entre l'aéronef et son Vikhr… bon courage !

En conclusion, le Vikhr coûte moins cher et est quasiment infaillible. Il a toutefois un petit inconvénient qui nous permet de revenir à nos moutons : le Vikhr a une fenêtre de tir réduite. Il faut impérativement que le nez de l'aéronef pointe vers sa cible au moment du lancement, sinon le missile ne trouvera pas le laser émis par son expéditeur.

Mais ce n'est pas fini : une fois le missile lancé, il ne faut pas que l'avion perde de vue la cible, sinon le Vikhr sera perdu.

Le principe du Vikhr ressemble à celui du missile filoguidé… mais sans fil. Pour mieux comprendre les contraintes imposées par le Vikhr, imaginez qu'il circule le long d'un fil tendu entre l'aéronef et la cible… pas question de rompre le “fil” !

Procédure de tir du Vikhr

Que retenir de tout ce pavé ? Pour obtenir l'autorisation de lancement (ou “LA”) du Vikhr, il faut placer la cible dans le cône de projection du laser. En pratique, cela consiste à placer un petit cercle dans un grand cercle, comme illustré ci-après :

Une fois le missile en vol, on peut laisser la cible sortir du cône de lancement, mais il faut tout de même conserver la cible devant soi pour ne pas risquer de la déverrouiller (on ne rompt pas le fil !).

Il vous faudra attendre un moment pour tirer à nouveau un Vikhr : le “LA” finira par réapparaître plusieurs secondes après l'explosion du premier Vikhr, à condition que le cône encercle votre cible, bien sûr.

Notez qu'il est possible de tirer 2 Vikhr d'un coup en modifiant le mode salve.

Les gunpods asservis au Shkval

L'avionique du Su-25T permet d'orienter automatiquement les gunpods vers une cible. Voici comme procéder :

  • Allumer le Shkval (touche O),
  • Verrouiller une cible,
  • Orienter le nez du Su-25T vers sa cible (les canons ne peuvent pas s'orienter sur les côtés),
  • Sélectionner le mode Air-Sol (touche 7), puis le canon (touche C), et sélectionner un ripple-quantity de 2 ou 4 (CtrlG + Espace),
  • Orienter les gunpods vers le bas jusqu'à ce que la loupiotte s'allume en vert (image ci-dessus),
  • Allumer le laser (ShiftD + O).

A l'allumage du laser, le mode des canons est automatiquement passé en mode PROG. Désormais, les gunpods vont automatiquement pointer vers votre cible si cela est possible (asservis au Shkval, ils ont un débattement de 30 degrés).

Vous pouvez tirer quand vous le voulez, mais il est conseillé d'attendre de voir le “LA” apparaître sur le HUD, car cela indique que les canons sont à portée de tir efficace.

Si vous voulez mieux comprendre le fonctionnement du mode PROG, passez en vue externe (touche F2) au moment où vous allez survoler votre cible. Vous allez voir les canons pencher progressivement vers le bas, puis remonter d'un coup lorsque le Shkval aura perdu la cible de vue.

L'EVAC a traduit la partie Armement du manuel officiel du Su-25T de DCS. C'est un superbe travail disponible ici.